les modulations 1

niveau 3

Jusqu'à présent, tous les exemples et exercices n'ont utilisé qu'une seule tonalité, majeure ou mineure.
Nous pouvons ajouter une infinie variété de nuances expressives en permettant à l'harmonie d'entrer dans des tonalités voisines.

La modulation consiste à quitter la tonalité utilisée et à entrer dans une tonalité différente. Des notes altérées apparaissent, et les degrés sont comptés à partir de la nouvelle tonique.

Les tons voisins d'une tonalité de départ sont ceux qui ont 1 et 2 altérations de différence. On a une méthode simple pour les trouver, si le ton principal (celui qui est utilisé au début d'une pièce) est un mode majeur : prenant la gamme de ce ton, il suffit de considérer les accords des IIe, IIIe, IVe, Ve et VIe degrés : ils indiquent la tonalité et le mode de ces tons voisins. En d'autres termes, la modulation aux tons voisins consiste à prendre un des degrés de la gamme (sauf le VIIe) pour en faire une nouvelle tonique. Les altérations nécessaires pour former la gamme sont déduites des tableaux, ou des connaissances telles qu'exposées dans les tout premiers chapitres...

Voici les tons voisins de DO majeur :      07-05-1.png

07-4-1.png

On apprend le plus souvent dans les traités de solfège que les tons voisins sont ceux ayant une altération de plus, une de moins (que le ton principal) et leurs relatifs mineurs.
Exemple : Ton principal Ré majeur ... Tons voisins : + 1 dièse = La majeur, - 1 dièse = Sol majeur, et les trois relatifs mineurs = respectivement, Si mineur, Fa dièse mineur et Mi mineur.

Lorsqu'on cherche les tons voisins d'un ton mineur, il faut en passer d'abord par le relatif majeur, et appliquer ensuite ces méthodes. 
Exemple : Ton principal Ré mineur ... Le relatif est Fa majeur. Ensuite, je trouve selon l'une ou l'autre des méthodes : Sol mineur, La mineur, Si bémol majeur, Do majeur.

 Pour qu'il y ait une modulation, il faut donc que soient entendues des notes n'appartenant pas au ton principal. Ces notes caractéristiques doivent appartenir à un accord qui annonce la nouvelle tonalité, souvent le Ve degré, parfois aussi le IVe, le IIe. Par contre, jamais le IIIe, qui donne un effet modal incompatible avec le style tonal.

Voici un fragment, qui part de Do majeur, entre en Ré mineur, puis en Fa majeur et revient en Do. Vous remarquerez la présence des notes qui signent ces modulations : en rouge pour l'entrée en Ré mineur, en bleu clair pour Fa majeur... :

 07 6 2

   Dès qu'il y a changement de ton, les degrés sont analysés à partir de la nouvelle tonique.
De Ré mineur à Fa majeur, il faut ôter le Do dièse, et le remplacer par un Do naturel ; le Si bémol subsiste. Pour aller de Fa majeur vers Do majeur, il faut ôter le Si bémol et le remplacer par un Si naturel.

 On le comprend, une modulation est déclenchée par l'irruption d'une note hors de la gamme du ton dans lequel on se trouve, et qui fait donc partie de la nouvelle gamme. Ce sera souvent la note sensible du nouveau ton (mode mineur, et tons majeurs ayant plus de dièses) mais pas uniquement !

Il est important de s'entrainer à déterminer les tons voisins, et donc les altérations nécessaires pour y entrer. On a intérêt à les connaitre par coeur...    cliquez pour agrandir.

 tons-voisins.png

Exercice : analysez les tonalités rencontrées dans cette pièce. Cliquez sur l'image pour agrandir.

07-07-1.png

    Il faut bien entendu déterminer le ton principal. Et établir la liste des tons voisins : les modulations ont lieu dans cet ensemble de tonalités...
Voici les réponses ....  07-08-1.png 

 Exercice : déterminez les modulations : analyse des tonalités rencontrées et des degrés utilisés.

Fichier de l'exercice ...  C 6      corrigé de l'exercice .... C 6 corrige

 

 Suite des modulations 

 

23 votes. Moyenne 4.43 sur 5.

Commentaires (2)

1. O-M mercredi, 19 Août 2015

Si vous considérez le Si b plutôt comme une note expressive (une appoggiature) qui va se résoudre dans le LA, il n'est pas besoin de voir un accord de 7e diminuée, mais simplement un Ve degré (LA+DO#+MI)

2. ribaud yves mercredi, 19 Août 2015

bonjour, au premier exemple 3ième mesure, 4ième temps l'accord est bien une 7ième diminuée privée de sa quinte, au début je ne comprenais pas pourquoi on pouvait passer directement du mi au sib à la voix supérieure et pourtant ça sonne bien . Merci pour la réponse

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : lundi, 03 Octobre 2016