les modulations 3

niveau 3

Devant l'étendue des possibilités offertes par les modulations, on peut parfois rester perplexe : que choisir, quelles options seront les meilleures ?
A vrai dire, il n'y a pas de règle sur ce sujet. On peut harmoniser une mélodie simple sans employer de modulation ou au contraire en passant rapidement et acrobatiquement d'un ton à l'autre. L'effet musical n'en sera pas identique. Et donc, il faudra éprouver par le goût personnel laquelle de ces deux situations sera jugée la meilleure. Un juste équilibre sera la meilleure option...

Quand moduler ?

Il ne faut pas croire que les indices (de modulation) soient toujours apparents et évidents. Certes, toute note altérée dans une mélodie oblige à penser que l'on quitte le ton principal. Mais de nombreux cas de modulation des plus heureuses ne seront pas marqués par un indice dans la mélodie : les notes caractéristiques des tons voisins peuvent à volonté se glisser à la basse ou dans les voix moyennes.

Revenons sur le rapport entre les tons voisins et le ton principal. Nous avons vu que les accords de tonique de ces 5 tons voisins sont les accords qui se batissent sur les degrés II - III - IV - V - VI du ton principal.

07-05-1.png

Partant de Do majeur, il est possible d'entrer dans deux autres tonalités majeures : Sol majeur et Fa majeur, aussi bien que dans trois tonalités mineures : Ré mineur, Mi mineur et La mineur. Cette richesse de possibilités donne beaucoup de variété à l'expression musicale.
Lorsque l'un des degrés du ton principal vient à être utilisé, rien n'interdit que son entourage tonal (sa propre Dominante, ou Sous-Dominante, etc.) ne soit lui aussi invité à participer. C'est ainsi qu'une modulation apparaît. Voici un exemple. Prenons ce fragment de mélodie :

                   08-01-1.png

 Nous remarquons une symétrie entre les mesures 1 et 2, signe d'une marche harmonique. Et le Fa dièse de la 3e mesure, qui oblige à quitter le ton de Do majeur pour entrer en Sol majeur. (Dans certains cas, ne pas oublier de se demander si ce n'est pas le relatif mineur ! Mais ici, Mi mineur serait bizarre...)
Trouvons la basse de ce fragment :

        08-02-1.png

Mesure 1 et 2, pas de modulation - mesure 3 : entrée en Sol majeur.
Mais nous pouvons aussi nous demander si le IIe degré de la mesure 2 ne pourrait pas s'imposer comme l'accord de Tonique (de Ré mineur), ce qui conduirait à remplacer le VIe degré (La + Do + Mi) qui le précède en un accord appartenant à ce ton : le Ve degré LA + DO dièse + MI. L'apparition du Do dièse à la basse ajoute une couleur nouvelle à cette marche. L'entrée en Sol majeur sera aussi plus marquée avec un 2nd renversement (sans préparation, puisque c'est le Ier degré) :

        08-03-1.png

Résumé : en gardant dans un coin de la mémoire les notes caractéristiques de chacun des tons voisins et donc les accords forts (V et IV, mais aussi II) dans lesquelles elles apparaissent, on dispose d'une palette toujours prête à fournir des options intéressantes.
Dans un premier temps, cela semble complexe, mais avec de la pratique, des formules préférentielles seront acquises et utilisées. 

Comment moduler ?

On rentre dans le nouveau ton par les degrés qui portent une note caractéristique : seul le IIIe degré dans le mode majeur est exclu, car trop insipide pour annoncer clairement ce nouveau ton. Il est souvent souhaitable que la nouvelle tonalité soit confirmée relativement rapidement par le Ve degré, et aussi le Ier degré. Ne pas oublier que le "bécarre" fait partie des notes caractéristiques, comme par exemple pour moduler de La mineur vers Do majeur : il faut ôter le Sol dièse (sensible de La mineur) et faire entendre le Sol naturel.

Il est souvent bon que l'accord de sortie du ton, précédant l'accord modulant, ait une relation forte avec lui, et qu'il assure la transition : il peut par exemple être commun aux deux tonalités. Voici pour exemple quelques manières de passer de Do majeur vers Sol majeur. La note caractéristique est le Fa dièse (la sensible de Sol majeur). Elle fera partie du Ve degré, seul employable puisque le VIIe et aussi le IIIe degrés sont mis de côté :
 

 08-04-1-1.png

   Ces quatre façons de quitter Do majeur donnent des effets différents selon que le dernier accord de Do majeur a deux notes communes (le IIe degré) ou aucune (le Ier degré) avec l'accord modulant (V de Sol majeur). 

Autre exemple, toujours partant de Do majeur, où la modulation entre en Fa majeur. La note caractéristique est le Si bémol. Cette note peut appartenir aux degrés : II, IV ou VII. Nous laisserons le VIIe degré, et conservons les deux possibilités : entrer par le IIe degré, ou par le IVe degré. Voici quelques manières de bâtir ces enchainements :

08-05-1.png

  Ces exemples ne sont pas exhaustifs. On remarquera qu'aucun cas ne s'impose comme supérieur aux autres. Tout dépend de la tournure de la phrase mélodique.

Et les marches harmoniques ?

Nous avons vu dans un chapitre précédent que les marches harmoniques évoluaient parmi les degrés de la gamme du ton principal. C'est ce qu'on appelle une "marche unitonale". Mais, assez souvent, les marches harmoniques sont "modulantes" : chaque reproduction se transpose par rapport au modèle, en changeant de tonalité. Voici comment cela fonctionne :

Prenons un modèle et comparons deux marches harmoniques, l'une unitonale et l'autre modulante :

  08-06-1.png

 

   08-07-1.png

Alors que la marche unitonale opère une simple translation parmi les degrés (ici : V - I devient VI - II, etc.), la marche modulante conserve les degrés du modèle et les reproduit dans le ton voisin correspondant (ici : V- I de Do majeur devient V - I de Ré mineur, etc.). Chaque reproduction entrera donc dans un ton différent, il faudra bien entendu n'omettre aucune altération dans l'harmonisation.
Parfois, les notes mélodiques posent question et il faut tester si dans l'élan de la phrase, elle nécessitent telle ou telle altération. Dans notre exemple, c'est la broderie de l'alto à la 4e mesure (Si) qui aurait pu porter un Si bémol, mais qui s'avère plus naturelle avec le Si bécarre pour revenir en Do majeur.

 

Exercice : harmonisez de courtes mélodies en utilisant les modulations aux tons voisins. 

Fichier de l'exercice ... C 8      Corrigé de l'exercice .... C 8 corrige

 

 Nous pouvons examiner aussi le rapport   mode mineur / mode majeur 

 

 

 

11 votes. Moyenne 4.82 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : samedi, 15 Octobre 2016