les modulations 2

niveau 3

Nous allons travailler quelques basses chiffrées comportant des modulations. Le chiffrage va indiquer les notes altérées, voici un petit rappel :

07-09-1.png

(1) Une altération à la basse implique une modulation (sauf s'il s'agit de la note sensible, en mode mineur), mais l'accord lui-même ne comporte pas forcément d'autre note avec altération. Ici, on a les deux premiers accords en Do majeur (I - V) puis une entrée en La mineur (V - I). La tierce d'un accord, sauf indication par le chiffrage, est naturelle : elle se conforme à l'armure de la tonalité principale.
(2) Un chiffrage indiquant une altération toute seule concerne la tierce de l'accord (étant entendu qu'il y a aussi une quinte juste à ajouter). Ici, au Ré s'ajoutera un Fa dièse (et un La), tandis qu'au Sol s'ajouteront un Si bémol et un Ré : nous entrons en Sol mineur (il faut en effet combiner la présence d'un Fa dièse + un Si bémol).
(3) L'altération à gauche du chiffre concerne celui-ci : au Mi s'ajouteront un La et un Do dièse. Et pour le 4e accord, il faut ajouter une tierce (sous-entendue) Fa naturel, et une sixte Si bémol. Pour analyser la tonalité de cette mesure, on rapproche la présence du Do dièse et du Si bémol : la tonalité sera probablement Ré mineur.

Les notes qui déterminent les modulations ne sont pas réservées à la mélodie ! Il est souvent excellent de placer la note modulante à une voix moyenne, et aussi à la basse.

Quelques règles :

Poursuivez autant que possible les mouvements chromatiques. Si un accord contient la note Do et que le suivant contienne le Do dièse, il faut que ce mouvement survienne dans la même voix, et que si possible, ce mouvement continue à monter vers le Ré. Si on ne le fait pas, on aura une "fausse relation d'octave". 

07-10-1.png

On peut néanmoins déroger à cette règle si la note caractéristique est attaquée par la basse : cette situation est souvent d'un bel effet et donne de la vigueur à la modulation. Mais il faut veiller à ne pas mettre la fausse relation d'octave trop en évidence, on évite donc l'exemple de la mesure précédente.

Si une note va procéder par mouvement chromatique, il faut éviter de la doubler. La sonorité est généralement lourde.

07-11-1.png

      

 Exercice : réalisez à 3 ou 4 parties cette basse chiffrée. 

Fichier de l'exercice ...  C 7    Corrigé de l'exercice .... C 7 corrigé 

 

 

L'apport des modulations offre un grand raffinement dans l'harmonisation d'une mélodie. Le prochain chapitre concerne la manière de les employer.

Passons à  modulations 3 


 

8 votes. Moyenne 4.88 sur 5.

Commentaires (2)

1. O.M. vendredi, 02 Octobre 2015

Une tonalité n'a pas besoin d'être justifiée par toutes ses altérations : il n'y a qu'une seule tonalité possible qui contienne à la fois un si bémol et un fa dièse. Si un Mi se présentait, ce serait bien sûr un Mi bémol. Mais on n'a pas besoin de lui pour conclure "Sol mineur". De plus, l'entrée dans une tonalité se fait en général par les degrés principaux (V - I - IV - ou II). Ici, V puis I rendent indubitable cette tonalité.

2. Eric jeudi, 01 Octobre 2015

Bonsoir,

Tout en haut de la page, exemple 2 :
"nous entrons en Sol mineur, il faut en effet combiner la presence d'un fa # et d'un si bemol"
-> Je ne comprends pas ceci : on a bien la combinaison d'un si bemol et d'un fa diese mais pour etre en Sol mineur, il faudrait a la fois un si bemol ET un mi bemol (armure de la tonalite de sol mineur), or on ne parle pas du tout de ce mi bemol a l exemple 2...

Merci.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : samedi, 15 Octobre 2016