maladresses à éviter

niveau 2

Il est difficile d'être exhaustif sur la question des erreurs d'harmonie. Le goût prend une grande part dans certaines appréciations, mais il est néanmoins évident que les lourdeurs, les platitudes, les duretés ou les confusions doivent être éliminées autant que possible.

Voici quelques points pour échapper aux travers du novice :

Il n'y a pas besoin de beaucoup d'accords différents. 
Chaque mélodie à son tempo et son rythme, l'harmonisation doit en respecter le caractère. En considérant le tempo et la mesure, nous avons des indices pour savoir quand changer d'accord.
Le rythme harmonique est généralement lié à la pulsation : avec un tempo modéré, on change d'accord selon la noire ou la blanche dans la mesure 4 / 4. Certains cas, avec tempo vif, s'accommodent d'un accord par mesure. Mais, ce système trop régulier affaiblit l'intérêt musical, et il est bon que des variantes de durée aient lieu : deux accords en une mesure, ici ou là.
Avec la mesure 2 / 2, le changement se fait selon la blanche, et on peut avoir des mesures avec un seul accord.
Avec la mesure 3 / 4, il y a deux cas : le tempo vif demande un accord par mesure (la valse) ; un tempo plus lent autorise de changer d'accord avec les noires (le menuet).
 La mesure 6 / 8 comporte deux temps, donc deux accords. Mais un tempo lent permet très bien une plus grande flexibilité, et en particulier de changer d'accord selon la croche (on a alors 3 accords dans un temps), puis de varier la durée des accords (une noire et une croche) ...
On aura d'ailleurs fréquemment ce genre d'inégalité du rythme harmonique dans le style romantique, où un même accord peut rester deux mesures puis évoluer très rapidement en une succession d'accords variés selon un rythme de valeurs courtes. 

Il est toujours possible de rester plus longtemps sur les degrés principaux, après une cadence par exemple.

Trop d'accords différents enchainés trop rapidement conduit à la confusion auditive, on ne perçoit pas de progression mais une agitation lourde et désagréable.

Penser l'harmonie à partir de la basse.
 
Pour beaucoup de néophytes, seul importe le choix d'un accord (d'un  degré) pris comme une entité globale, sans se préoccuper de la note de basse. Cela conduit à des harmonisations approximatives, avec une basse hasardeuse et sans fonction. Ces fausses basses déstabilisent l'harmonie.
Quoique les degrés aient été bien choisis, si la note de basse n'est pas adéquate (ce qu'on appellera une fausse basse) le résultat sera décevant et la progression semblera instable et inaboutie. Il faut donc veiller en priorité à la fermeté de la basse, sous l'angle de sa cohésion mélodique et sous l'angle de sa cohérence pour soutenir la progression harmonique.

Les anacrouses ne s'harmonisent pas. 
C'est le cas général : l'effet est plus léger ainsi. On peut avoir besoin, dans certains cas, d'harmoniser une anacrouse : ce sera généralement avec un Ve degré. Seule l'harmonisation du Choral à quatre voix comporte traditionnellement un temps en anacrouse toujours harmonisé, avec un Ier degré.

Ne pas répéter la même note de basse sur un temps faible puis un temps fort.
Sauf cas rare, où cette répétition est thématique, l'effet d'une telle répétition est maladroit. De même, la répétition d'un même degré sur un temps faible puis un temps fort (en particulier le 4e temps puis le 1er temps d'une mesure 4 / 4) donnera un mauvais effet : la faiblesse vient que le temps fort s'affirme mieux avec un nouvel accord.
Seul cas : le Ier degré, si le temps fort porte un 2nd renversement (après un état fondamental, sur le temps faible).
Egalement, on peut repartir avec le même degré après une cadence (I ou V).
Répéter le même accord temps fort puis temps faible n'a par contre aucun inconvénient.

Eviter la succession V - IV, avec les deux accords à l'état fondamental.
Avec un renversement, cet enchainement sonnera moins dur.

Ne pas employer d'accord en second renversement si ce n'est pas nécessaire.
 
Comme expliqué plus haut, il y a trois cas où l'accord de quarte et sixte est attendu. En dehors d'eux, son emploi est généralement erroné.

Ne pas ignorer les cadences.
La phrase musicale suit un parcours qui comporte des respirations, des arrèts plus ou moins marqués. Ne pas en tenir compte risque d'aboutir à une harmonisation incohérente, avec des formules harmoniques qui seront jugées bizarres : les cadences sont des jalons attendus par l'auditeur. Les escamoter par négligence déséquilibre la succession harmonique : le remplacement des degrés forts par des degrés fatalement plus faibles sera rarement un signe d'originalité heureuse.

 

Exercice : harmonisez à quatre voix 

Fichier de l'exercice ...B 5    Corrigé de l'exercice ....  B 5 corrigé

 Comme déjà indiqué, vos travaux (même satisfaisants en apparence) peuvent parfois contenir des méprises ou maladresses qui vous restent totalement invisibles !  C'est pourquoi l'examen par un professeur d'harmonie reste la seule façon de garantir la qualité de votre progression. Pour qui n'a pas près de chez lui la possibilité de rencontrer un interlocuteur, je propose de vérifier moi-même vos exercices et d'indiquer les erreurs éventuelles : voir l'offre de corrections personnalisées

Ajoutons maintenant l'usage de quelques notes étrangères, commençons par la broderie

 

17 votes. Moyenne 4.65 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : lundi, 03 Octobre 2016