la broderie

niveau 2

Les notes mélodiques apportent par leur présence une grande variété et une grande souplesse, leur combinaison avec les notes harmonique génère un enrichissement notable de la polyphonie. Afin de rendre l'étude de l'harmonie plus plaisante, nous allons ajouter dès maintenant des notes mélodiques issues de deux catégories : les broderies et les notes de passage.

La présence de notes mélodiques ne change pas la façon de procéder à une harmonisation. Il faut simplement analyser soigneusement toutes les notes composant la mélodie, et séparer les notes harmoniques des notes mélodiques.

La broderie

La broderie est une note étrangère, qui succède immédiatement et conjointement à une note harmonique, et qui revient aussitôt vers celle-ci.
On a deux broderies possibles : la broderie supérieure (avec la note au-dessus) et la broderie inférieure (avec la note au-dessous) :

05-04-1.png

 Cet exemple simple montre une phrase comportant deux broderies supérieures (bleues) et deux broderies inférieures (rouges). Ce sont des notes étrangères à l'accord pendant lequel elles sont émises. (B = Broderie)

La broderie est par définition toujours conjointe, c'est-à-dire qu'elle se situe à distance de seconde majeure ou mineure. Dans le mode mineur, il ne faudra pas employer la seconde augmentée si on écrit une broderie inférieure de la sensible : on utilise le mode mélodique ascendant, comme dans la 4e mesure ci-dessus. De même, si on souhaite écrire la broderie supérieure du VIe degré, il  faudra employer non pas la sensible mais la sous-tonique :

05-04-mineur-1.png

 1.: broderie inférieure de la tonique, la sensible est obligatoire.
2. : broderie supérieure de la dominante, on emploie le VIe degré naturel..
3.: broderie inférieure de la sensible, il faut utiliser le VIe degré altéré pour éviter la seconde augmentée.
4.: broderie supérieure du VIe degré, note harmonique qui contraint à employer le sol naturel et non la sensible sol dièse, pour la même raison.

 La broderie se place sur la partie faible du temps, elle est de durée égale ou inférieure à la note harmonique qui précède :

05-05-1.png

 Il advient parfois que l'on change d'accord au moment où la broderie revient à la note harmonique, comme à la 2e mesure. 

Bien que sa fonction d'embellissement la réserve surtout à la mélodie du soprano, on peut aussi utiliser la broderie aux autres voix :

  05-06-1.png

Les broderies sont en bleu : si on les ôte mentalement, on retrouve un accord par temps, d'une analyse très aisée.

 Lorsqu'une mélodie à harmoniser comporte des broderies, il suffit de ne pas en tenir compte et de choisir l'accord uniquement en fonction de la note harmonique. Ce petit exemple permet de bien voir la démarche :

Partons de ce fragment  05-07-1.pnget examinons le rôle de chaque note.

L'anacrouse ne s'harmonise pas, mais la succession DO-SI-DO permet de lire SI comme une broderie.
Mesure 1 : 1er temps, DO+MI, deux notes harmoniques. 2e temps, Ré+SOL sont notes harmoniques, alors que le LA est une broderie.
Mesure 2 : 1er temps, MI note harmonique et Ré est une broderie.
       Si on retire les broderies, on aura la structure harmonique, qui permet de choisir les degrés :

05-08-1.png nous prendrons, par exemple, I - V et I - VI.

Il ne reste plus qu'à noter la basse :  05-09-1.png

Et à arranger à volonté .....  05-10-1.png 

Au moment de finaliser l'écriture des voix moyennes, il ne faut pas chercher à esquiver les rencontres dissonantes entre notes mélodiques (les broderies) et les notes harmoniques. Dans cet exemple, le LA de la 1e mesure, puis le Ré de la 2e provoquent des 9e avec le "ténor". Dans certains cas, il peut parfois être intéressant de pratiquer des broderies simultanées pour donner de la fluidité au déroulement musical. Voici une autre rédaction de notre harmonisation, où sont ajoutées des broderies :

05 10 2 1

 Mesure 1 : le Fa de l'alto est une broderie qui accompagne en consonance celle du soprano.

Mesure 2 : Le Si du ténor est une broderie qui accompagne à la tierce celle du soprano.  
   

Dans de tels cas, veillez à éviter des broderies simultanées qui produiraient plusieurs 7e, 2e ou 9e consécutives, à cause de la grande dureté produite.

 Exercice : ajouter des broderies à une mélodie donnée. 
Fichier de l'exercice ...  b-b.zip  corrigé de l'exercice .... b-b-corrige.zip

 

ajoutons la note de passage

 

 

8 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Commentaires (6)

1. om-editions (site web) mardi, 22 Septembre 2015

Il s'agit du mode mineur mélodique descendant !

2. ribaud lundi, 21 Septembre 2015

dans le premier exemple qui est en ré mineur, la basse de la seconde mesure est un do alors qu'on attendrait un do dièse, est ce voulu? merci pour la réponse

3. om-editions (site web) jeudi, 05 Mars 2015

La broderie, de façon naturelle, se place sur les temps faibles et parties faibles de temps. Ainsi, la phrase et l'harmonie sont plus fluides.
Ce n'est toutefois pas une obligation. Une broderie peut venir sur un temps fort lorsque l'accord est de longue durée : c'est tout à fait le cas dans les exemples 1 & 2.
De même, éviter le rythme croche-croche-noire est un conseil, afin d'éviter une certaine lourdeur : dans beaucoup de cas, ce rythme aura l'air poussif, Mais, si la 4e croche est marquée à une autre voix et vient donner de la continuité, l'inconvénient est ôté.

4. Philippe E. jeudi, 05 Mars 2015

Vous dites que la broderie se place sur la partie faible du temps. Pourtant, dans les deux premiers exemples elles sont toutes sur la partie forte du 2e, 3e ou 4e temps. Il y en a aussi beaucoup dans le corrigé de l'exercice.

Je ne comprends pas très bien.

Par ailleurs, dans l'exercice vous dites de ne pas employer le rythme croche-croche-noire pour broder la blanche. Vous l'employez pourtant pour le si de l'avant-dernière mesure.

Pourquoi ce rythme ne conviendrait-il pas?

Merci.

Ph.E.

5. om-editions (site web) samedi, 12 Juillet 2014

Les broderies provoquent parfois de mauvaises rencontres. Si la note a une durée significative, on lui applique les règles "d'interdiction" des quintes ou octaves consécutives, par précaution. Dans le cas d'une écriture riche et élaborée, on peut considérer que les broderies ne provoquent pas de fautes, et que seules les notes harmoniques comptent. Le conseil d'éviter les 7e et 9e successives sera confirmé par l'audition : généralement cela crée une dureté, mais parfois elles restent acceptables ... le style musical entre en jeu pour cette estimation !

6. Guillaume ROBERT (site web) samedi, 12 Juillet 2014

Bonjour,
Vous conseillez d'éviter des broderies simultanées qui produiraient des 7e, des 2e ou des 9e consécutives. Je suppose, qu' a fortiori, il en est de même avec la 5te et 8ve consécutives ?
Par ailleurs, est-il possible de faire une broderie simple (non simultanée) qui entraîne une 5te et 8ve consécutive ? Si cela n'est pas clair, je peux illustrer ma question sous forme d'exemples.
Merci.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : lundi, 03 Octobre 2016