Disposition des notes dans l'accord

Auteur  
# vendredi, 10 Juillet 2015 à 13:33 drexel
Bonjour,
Depuis que je suis le cours en ligne et fais les exercices, je me heurte toujours à la même question concernant la disposition des notes dans l'accord. Je m'explique...
Un accord de Do Majeur chiffré avec une basse 5 peut par exemple s'écrire (à moins que n'ai manqué quelque chose) Do (basse), Mi (Ténor), Sol (Alto) et Do (Soprano). Ou bien Do/B, Sol/T, Mi/A, et Sol/S, ou de bien d'autres façons encore...
Lorsque je regarde les corrigés des exercices de chiffrages d'accord (à tous les niveaux), je constate bien souvent une disposition des notes dans l'accord différente de celle que j'avais envisagée.
Y -a-t-il une règle, ou même un usage qui conduit à disposer les notes dans un certain ordre (...et dans ce cas la solution du corrigé est unique) ou cela est-il laissé à l'initiative du compositeur (en respectant les règles de base de l'harmonie évidemment, et alors il y a plusieurs solutions possibles) ?
Dans le même ordre d'esprit, je m'interroge sur la disposition des notes de l'accord de septième de dominante et des différents renversements (niveau 4) qui semblent relativement fixes. Pourquoi dans l'exemple :Sol-ré-fa-si et non Sol-si-ré-fa (fondamental) ou pourquoi Si-Sol-ré-fa (1er renversement) et non Si-ré-sol-fa ou même Si-sol-fa-ré ?
Merci de vos éclaircissements au béotien motivé que je suis!
Pierre
# vendredi, 10 Juillet 2015 à 14:18 O.M.
La disposition des notes d'un accord (lues de bas en haut) est totalement laissée au libre choix du compositeur. Selon la sonorité recherchée ou selon la nature des enchainements d'accords qui vont suivre, on optera pour une disposition d'accord espacée ou bien un resserrée. Donc une "tierce" peut s'imposer au soprano, ou au ténor, une "quinte" peut être plus judicieuse à l'alto, etc. De là les dispositions les plus variées, en accord avec les règles sur les doublures de notes. Aucune en soi n'est "la bonne", tout dépend de l'accord qui suit : les règles sont là pour gérer cette question précisément.
Que, dans les corrigés, la disposition proposée soit différente de celle envisagée, cela peut signifier :
- elles sont bonnes toutes les deux, et l'effet musical est un peu différent mais valable. Ou bien :
- il y a une faiblesse ou une difficulté dans celle que vous auriez choisie, et celle du corrigé est meilleure.
La place des notes constituantes ne peut pas être séparée d'une autre notion : la mélodie obtenue par chacune des notes ainsi choisies, lues horizontalement voix par voix. Il faut que cela reste cohérent, avec de petits intervalles mélodiques, et qu'une certaine homogénéité de style apparaisse. Les voix se complètent mutuellement, et cette polyphonie se travaille dans le choix judicieux des notes voix par voix.
Par ailleurs, lorsqu'on harmonise une mélodie, cela revient à décider si la note du soprano (ex. un DO) est une fondamentale, ou une tierce (alors on choisit l'accord de LA mineur), ou une quinte (dans ce cas, ce serait l'accord de FA majeur), ce qui fait donc déduire quel est le degré : parfois cela sonne bien, parfois pas du tout... il n'y a pas qu'une seule solution, là non plus.
Résumé : ne pas mentalement isoler les accords les uns des autres autrement que pour les identifier. Ils ne se justifient que les uns par les autres, dans un mouvement global.
# vendredi, 10 Juillet 2015 à 15:12 drexel
...effectivement. C'est limpide, comme toujours!
Je crois que le choix des corrections personnalisées s'impose !
Proposez-vous toujours cette possibilité ?
# vendredi, 10 Juillet 2015 à 15:49 O.M.
Durant l'été sera un peu au ralenti, avec une interruption fin août-mi septembre.
Mais le principe reste bien sûr actif....
# lundi, 24 Juillet 2017 à 08:30 Adrien T
Bonjour,

Je tiens à rebondir sur ce sujet qui date d'il y a deux ans et vous poser la question suivante: qu'en est-il de la construction de l'accord lorsque nous avons plusieurs instruments sur la portée ?

Exemple avec Lacrimosa de Mozart: on voit bien un choeur SATB + un violon. Est-ce qu'on a donc à faire à un accord à cinq voix ? Si oui, quid des symphonies de plusieurs dizaines d'instruments ? Ou alors chaque partie doit-être construite indépendamment les unes des autres ?

En vous remerciant par avance pour votre réponse,

Adrien T
# lundi, 24 Juillet 2017 à 09:00 O.M.
L'orchestration vient ajouter d'autres possibilités : la base de la pensée, pour le compositeur, est celle décrite ici, qui se fonde sur une polyphonie de 4 parties. Il peut arriver qu'une 5e ou une 6e voix réellement indépendante s'ajoute. Mais, en général, le nombre des instruments n'est pas synonyme d'autant de "voix" : il y a souvent des doublures à l'unisson ou à l'octave. La basse, par exemple, est la même pour celle du choeur, les violoncelles et les contrebasses. Certaines notes d'un accord peuvent être animées par une figure mélodique (violons 2, par exemple) tandis que les mêmes sons de cet accord sont tenus par plusieurs instruments à vent, etc.
Voir quelques idées supplémentaires à la page "arranger" du niveau 2.
Répondre à ce message